le CD dans la presse

Revue de presse du CD du Requiem de M. Duruflé

Photos Presse «Il n'existe, à ma connaissance, aucun enregistrement de la version pour orgue et voix de garçons du Requiem de Maurice DurufIé en France» confie Arlette Steyer, la directrice de la Maîtrise de Garçons de Colmar, en présentant le disque qui vient de sortir chez Bayard Musique. Outre le caractère inédit de l'œuvre, c'est un événement puisque «la Maîtrise n'avait plus gravé de disques depuis une dizaine d'années, si l'on excepte des interprétations de Buxtehude et des pièces contenues dans l’intégrale des œuvres pour orgues de Boëly», également publiées par Bayard Musique. «C'est un Requiem de paix, de tendresse, de joie et d'illumination», résume-t-elle. Tendresse contenue notamment dans le Pie Jesu interprété par la mezzo-soprano Geneviève Kaemmerlen avec laquelle Arlette Steyer souhaitait collaborer depuis une dizaine d'années, accompagnée par Lisa Erbes, violoncelliste et professeur au conservatoire de Strasbourg depuis 2002.

Un orage pendant l'enregistrement

L'enregistrement de l'oeuvre a dû résoudre un problème technique : le décalage temporel résultant de la distance que le son devait franchir pour parvenir de l'orgue jusqu'aux choristes. Des écouteurs permettaient à Arlette Steyer et à Francis Jacob, organiste titulaire de l'orgue de Saessolsheim, de se caler, puis les techniciens ont synchronisé les deux parties qui avaient été enregistrées sur des pistes différentes. Le disque contient un clip tourné durant l'enregistrement de l'oeuvre, du 28 au30 mai, à l'église Saint-Etienne de Mulhouse qui abrite les grandes orgues Cavaillé-Coll. Durant l'enregistrement, un violent orage a éclaté pendant le Dies Irae. Arlette Steyer aurait bien voulu conserver les judicieux coups de tonnerre qui ponctuent ce Jour de Colère, mais Bayard Musique en a décidé autrement. Le disque propose aussi deux oeuvres qui s'inscrivent dans l'ambiance du Requiem: le Prélude de Gabriel Pierné et le Notre Père..."

L'alsace, A. Buonasorte, Édition du Mar 18 nov. 2008

"... Enregistré en mai dernier à l'église catholique Saint-Etienne de Mulhouse, le disque vient de sortir : la Maîtrise de Colmar a gravé le Requiem de Maurice Duruflé dans une version pour voix de garçons et d'hommes.
De cette très belle oeuvre créée en 1947, souvent enregistrée, existent plusieurs moutures : pour choeur avec orchestre, avec petit ensemble instrumental, ou avec le soutien du seul orgue.
C'est cette dernière qui a été choisie (pour le Label Bayard Musique) par Arlette Steyer - elle y imprime sa marque particulière, et peut- être inédite, en faisant appel aux voix d'enfants jointes aux voix d'hommes dans les parties de choeur et, par exemple dans le «Domine Deus», même à un trio des plus jeunes maîtrisiens. Le «Pie Jesu» confié à la mezzo-soprano Geneviève Kaemmerlen et à la violoncelliste Lisa Erbès résonne avec une grande pureté. Maurice Duruflé a été un organiste connu, et le compositeur fut formé à l'école de Vierne, Dukas et Tournemire. Ce dernier l'introduisit dans l'univers de la musique grégorienne, qui irrigue de ses thèmes liturgiques développés en habiles contrepoints toute cette oeuvre.
Arlette Steyer voit dans ce Requiem un chant «profond, apaisé et tendre» : elle le conduit avec ferveur, et sait lui donner sa réelle grandeur. Francis Jacob, à l'orgue, colore finement la partie d'orgue, sur le Cavaillé-Coll de Saint-Étienne - une remarquable réussite..."

D.N.A, M. Munch, Édition du Mar 25 nov. 2008